Navets et Nanars

Publié le par Le Prophète des Huitres

 

Aujourd'hui je vais vous parler d'un goût très spécifique : celui des nanars à deux francs, des bouses cosmiques, des navets inter-galactiques, bref des mauvais films. Que l'on soit clair, il y a trois types de navets :

-les bouses américaines à grosses productions (2012, Transformer, Avatar, etc...)

-les bouses « pas faites exprès », c'est-à-dire des films tellement nuls qu'ils en sont inconnus.

-les bouses « faites exprès » où le but est de faire une bouse.

Ici, je ne parlerais que des deux dernières catégories, laissant la première dans les abîmes de la bêtise en format familial.

 

Depuis que le cinéma s'est démocratisé, des réalisateurs sans talent, des scénaristes lobotomisés ou encore des acteurs aveugles, ont eu le chic de se retrouver tous ensemble sur des mêmes projets, donnant lieu à des navets intersidérales et au-delà. « Et alors ? » me demanderez vous en soulevant votre sourcil gauche. Et bien, c'est bien meilleur en fin de compte de rire devant ce genre de film plutôt que de perdre son temps devant une pseudo-comédie américaine à la Big Mama (dont un nouvel opus va bientôt sortir) ou à la Bienvenue chez les ch'tits. Non, ici, c'est un rire qui vient des tripes. Alors, je dois vous donner un exemple : Blood Freak de Steve Hawkes (une fiche complète sur ce film culte ici) Un chef-d'oeuvre à voir en VF ! Le doublage mérite un monument à lui tout seul, dédié à l’amateurisme complet. Comment résumer ce film ? Mauvais acteurs, mauvais scénariste, mauvais cadreur, (très) mauvais monteur et j'en passe ! Les pires personnes du cinéma des années 70 dans un seul film réalisé avec une hache et des hosties (car ce film à un message religieux : « Jésus, c'est bien. La drogue, c'est mal, elle vous transforme en dindon. ») Dindon ? Eh oui ! Le héros se transforme en dindon qui lance un « glou-glou » à se pisser dessus avant de tuer sauvagement et avec 100 litres de ketchup premier prix, les gens méchants. Une perle comme on en fait plus !

 


 

 

 

 

Maintenant, abordons un style plus courant de nos jours : le « nanar fait exprès ». Ici, les réalisateurs décident de se payer une bonne tranche de rigolade en massacrant un scénario avec talent. Par lequel commencer ? Mmmmh Je vous parlerais bien de Tonnerre sous les tropiques de Ben Stiller (mini-critique dans mon ancien article ). Mais je tient à vous présenter Le retour des tomates tueuses, véritable chef-d'oeuvre du genre. Après le premier opus où trois courageux héros ont vaincu les tomates tueuses lors de la guerre des « tomates » et que celles-ci sont devenues interdites, un scientifique fou (le père dans La famille Adams, la série) arrive à les métamorphoser en humain-tomates. Tout un programme ! Une perle vous dis-je ! Un joyaux ! Je vous parlerais bien aussi de Killer Tongue, une langue venue de l'espace qui entre dans le corps d'une femme. La demoiselle se retrouve avec une langue de 2 mètres qui parle et agit par elle-même. Magique et drôle. Ne perdez pas de vu que c'est du « fait exprès ». Alors évidemment, c'est pas du Godard, encore moins du Corneau mais ces OVNIs restent à mes yeux une face incontournable du cinéma, la face des navets...


rtt12.jpg

Commenter cet article